Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Connaitre l'histoire...

Pour l'histoire sociale d'AIRBUS Helicopters,

cliquez ICI.

 


 

 

Rechercher

Visiteurs en ligne

Les archives de La BUGADE

Pour retrouver toutes les archives de La BUGADE,

CLIQUEZ ICI

29 janvier 2007 1 29 /01 /janvier /2007 08:00

Hélicoptère, 100 ans déjà ou seulement…
 
 
Eurocopter fête les 100 ans de l’hélicoptère. C’est un évènement historique, que ne peuvent pas manquer tous « les mordus » d’Aéronautique.
 
A l’heure de la rentabilité financière, du profit pour l’actionnaire, etc., il est bon de rappeler que nous travaillons dans une entreprise dont le produit, l’hélicoptère, est issu de la grande histoire de l’Aéronautique mondiale.
 
La vie syndicale n’est pas indépendante de la vie de l’entreprise, et il est toujours bon de revenir sur le produit, d’où ce petit historique…
 

 
Depuis le IVe siècle av. J.-C., les Chinois faisaient voler de petits jouets sur le principe de l'hélicoptère pour fasciner les enfants. Par l'intermédiaire du commerce, on sait que ce jouet est arrivé jusqu'en Europe : en effet, il apparaît dans une peinture de 1463. Le livre "Pao Phu Tau" du IVe siècle trace également l'ébauche d'un aéronef à ailes rotatives.

En Europe, le premier à s'intéresser au concept d'hélicoptère fut le savant italien Léonard de Vinci. Un de ses dessins, daté de 1486, montre une machine volante à aile tournante, basée sur le principe de la vis d'Archimède. Cependant, en l'absence de connaissances en aérodynamique et sans motorisation adéquate, il restera à l'état de projet.
 
 
 
Il faudra attendre la fin du XVIIIème siècle pour qu'une véritable avancée se produise : en 1768 le russe Lomonosoff essaie un modèle complexe, mû par un mécanisme d'horlogerie ; le 26 avril 1784 les français Launoy et Bienvenue font voler devant l'académie royale des sciences un petit modèle très simple mû par un mécanisme de ressort à arc. En 1877, un autre Italien, Enrico Forlanini parvient à faire voler un petit hélicoptère à vapeur. Dix ans plus tard le français Trouve fait décoller un modèle doté d'un moteur électrique, dont l'alimentation est obtenue depuis le sol par de fins fils de cuivre.

Le mot "Hélicoptère" du grec helix (hélice) et pteron (aile) est apparu pour la première fois en 1863. On le doit à Gustave Ponton D'Amecourt, constructeur d'un petit modèle d'hélicoptère à moteur à vapeur.

Les premiers essais significatifs d'hélicoptères emportant un homme sont réalisés en 1907, d'une part par Louis Bréguet et Charles Richet à Douai, d'autre part par Paul Cornu à Coquainvilliers, près de Lisieux. C'est la bascule historique entre des modèles de petite taille et des machines faites pour emporter leur pilote.
 
Puis le danois Jens Christian Ellehammer en 1912, l'argentin Raoul Pateras, marquis de Pescara, et le français Étienne Oehmichen à partir de 1920, réussissent à voler de mieux en mieux jusqu'à ce qu'Oehmichen batte Pescara sur le poteau en couvrant un kilomètre en circuit fermé le 4 mai 1924 à Arbouans (près de Montbéliard).
 
Louis Bréguet et René Dorand réussirent à faire voler durant les années trente un appareil très réussi, le "Gyroplane Laboratoire", qui atteignit 100 km/h et vola plus d'une heure. Cependant, l'hélicoptère restera un véhicule expérimental jusqu'aux années quarante. Entre temps, de nombreux pionniers se sont lancés dans l'aventure : Focke en 1937 et Sikorsky en 1939 avec son VS 300

Durant la Seconde Guerre mondiale, les Allemands s'intéressèrent à ce type d'appareils. Ils mirent notamment au point un hélicoptère léger de reconnaissance, le Flettner Kolibri, ainsi qu'un hélicoptère de transport bi-rotor, le Focke Achgelis. Cependant, ces appareils furent très peu utilisés durant le conflit.

Le premier véritable engagement opérationnel d'hélicoptères eu lieu durant la guerre de Corée. Il servait alors essentiellement à évacuer rapidement des blessés de positions difficilement accessibles. Ce fut également le cas durant la guerre d'Indochine. Durant la guerre d'Algérie, il sera massivement utilisé par l'armée française pour déplacer rapidement de petits contingents sur les lieux des combats, leur procurant ainsi une mobilité incomparable; procéder également à de nombreuses évacuations sanitaires; certains seront armés de canon, de mitrailleuses et même de lance roquettes (Sikorsky H34) et missiles (SA Alouette).
 
De même, durant la guerre du Viêt Nam, les États-Unis en feront un emploi systématique au point que l'on surnommera cette guerre « la guerre de l'hélicoptère ». C'est au cours de cette guerre que naîtra le concept d'hélicoptère de combat avec le Bell AH-1 Cobra. Désormais, l'hélicoptère ne sert plus seulement au transport : équipé de mitrailleuses, de canons, de roquettes et de missiles, il apporte un appui appréciable aux troupes au sol et s'avère également redoutable dans la lutte anti-char.

De fait, jusqu'au milieu des années 1950, les hélicoptères étaient propulsés par des moteurs à explosion (même principe que ceux dans les automobiles) en étoile ou en ligne. Il faut attendre 1955 et la mise en service de l'Alouette II de Sud-Aviation pour voir apparaître le premier hélicoptère de série propulsé par une turbine. Bénéficiant d'une grande souplesse et d'une forte puissance, ce type de moteur est particulièrement bien adapté aux hélicoptères.


C’est le début de l’aventure Sud-Aviation, Aérospatiale et aujourd’hui Eurocopter…

                                           Copyright Eurocopter - Patrick PENNA

Partager cet article

Repost 0
Published by Equipe rédaction CFDT Eurocopter - dans L'Histoire d'Eurocopter
commenter cet article

commentaires

kmiecko 20/11/2010 10:56



quelle fabuleuse invention l'helicoptere. Je trouve l'helicoptere beacoup plus sure que l'avion



Equipe rédaction CFDT Eurocopter 22/11/2010 07:42


L'hélico est en effet une "machine volante" exceptionnelle qui rend des services très multiples !


de Pescara 01/03/2010 16:05


Du nouveau sur le prix de 10000 fr pour hélicoptère de l'Aéroclub de France.

Analyse non exhaustive des évènements des années 1923 et 1924 qui ont amené la presse à mettre en concurrences les appareils Oehmichen et Pescara.


 


Intéressant d’analyser les documents de l’époque du concours de 10000 FF pour hélicoptères organisé par l’Aéroclub de France officiellement après le premier mars 1923.


texte dans l’aérophile du 1er-15 avril 1923


« un prix de 10.000FF offert par l’Aéro-club de France sera attribué au premier hélicoptère monté qui aura franchi une distance en circuit fermé de 1 Km, à une hauteur au-dessus du sol
d’au moins 1 m.


L’épreuve aura lieu en France continentale.


Elle est ouverte internationale, sauf aux concurrents appartenant à un pays ayant été en guerre avec la France, de 1914 à 1918.


Les conditions de l’épreuve prévoient la définition de la zone de départ qui est figurée par un cercle tracé sur le sol de 10 m de rayon ayant pour centre la projection du siège du pilote ;
la hauteur d’évolution est contrôlée à l’aide d’un cordeau lesté d’un poids de 2 kg fixé en un point d’une verticale passant par le siège du pilote.


Le poteau sera fixé à 500 m du centre du cercle dans une direction indiquée par le concurrent ; l’appareil devra virer autour du poteau et revenir atterrir, sans aucune avarie, dans la zone
de départ. »


 


M. E. Oehmichen raconte dans l’Aérophile du 1er au 15 mai 1924 qu’il ne respecta pas le règlement du concours car son terrain de 500 mètres était trop dangereux. Il réalisa un
triangle au lieu d’un aller et retour devant le capitaine de marine Chollat.


Cet envoyé du STAé a certainement laissé un rapport qui détermina l’octroie du prix !


Les appareils en compétition sont très différents. Le laboratoire volant n°2 de M. E. Oehmichen ne trouve pas sa place dans la définition du mot hélicoptère inventé en 1861. confirmée par les
Larousse de l’époque et par des travaux de laboratoires. L’hélicoptère coaxial Pescara 2F est souvent complété par l’adjectif « pur ».


Le 29 janvier 1924, le prix a été refusé au Marquis Pateras-Pescara ayant engagé sur un parcours défini par le concours, son appareil 2F (véritable hélicoptère) qui était muni du cordeau.
Une rafale de vent au retour fit toucher la béquille. Le 18 avril 1924, il battit le record du monde de distance pour hélicoptère. (Enregistré par la F.A.I.)


Il est vrai que chacun pilotait son appareil. Seul le Pescara 2F était muni du premier manche à balai pour hélicoptère permettant de descendre en auto-rotation et réduire la vitesse de descente
avant de toucher le sol en effectuant le coup de frein Pescara (inversion de l’incidence des ailes de la voilure). Le laboratoire volant disposait de 12 hélices réparties dans les
directions à suivre. Seuls les "évolueurs" équipés de leur hélice étaient commandés par un levier qui était appelé manche à balai par son constructeur. Ce levier unique n’agissait que sur
l’inclinaison des axes des "évolueurs". Le changement de direction des appareils était assuré pour le n°2 par la réaction du vent sur des volets, fourni par une hélice. Sur le 2F c’était bien à
l’aide d’effet de gauchissement sur la voilure commandée par le manche à balai.


Ainsi mon devoir d’honorer mon père, argentin qui aimait vivre en France est accompli. Aux historiens de résoudre cette page qui démontre qu’il ne suffit pas d’être un génie de la mécanique pour
se battre contre des moulins à vent. Mon père n’était pas hélas un compatriote de Don Quichotte.


 



"


Rien n’est plus beau que la grandeur
nécessaire"



Equipe rédaction CFDT Eurocopter 02/03/2010 08:10


Merci pour toutes ces précisions et recherches qui constituent la mémoire de l'histoire de l'aéronautique et plus préciséeément de l'hélicoptère et pour vous à titre plus personnel, une sorte de
réhabilitation de votre père.





de Pescara 23/06/2007 19:07

Il n'y a jamais eu de poteau entre Oehmichen et Raul Pateras Pescara Mais plutôt de l'espace-temps. Mon Père a construit de véritables hélicoptères voir le Larousse de 1922. L'appareil N° 2 d'Oehmichen n'était pas un hélicoptère pur, tel qu'il est défini dans les revues de l'époque (Aérophile, Aéronautique, Science et voyages etc. Il n'est pas possible de comparer les mérites de chacun. L'incompètomètre n'a pas été inventé. Mon Père est pionier de l'aviation depuis 1911.  Salutations de l'Ingénieur C. de PescaraNota: www.pateras-pescara.net

Equipe rédaction CFDT Eurocopter 26/06/2007 15:27

Merci pour ces précisions !Que les passionnés d'Aéronautique n'hésitent pas à consulter le site en question...Cordialement ...

Calendriers CARE - RTT 2016

Calendrier Non-Cadres CARE RTT 2016  :

                                                           

Calendrier Cadres 211 J CARE RTT 2016 :

                                                             

Calendrier Cadres 214 J CARE 2016 :