Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Connaitre l'histoire...

Pour l'histoire sociale d'AIRBUS Helicopters,

cliquez ICI.

 


 

 

Rechercher

Visiteurs en ligne

Les archives de La BUGADE

Pour retrouver toutes les archives de La BUGADE,

CLIQUEZ ICI

6 décembre 2007 4 06 /12 /décembre /2007 05:58
 
 
Pour le syndicat, "la parité euro/dollar ne doit pas être accusée de tous les maux et masque plutôt la désorganisation du groupe EADS, ses dérives sur programmes et ses errements financiers. Il souligne qu'une étude sur l'impact réel de l'euro sur la compétitivité de l'entreprise est déjà en cours chez Dassault Aviation. Le directeur général de l'OMC, Pascal Lamy, critique lui aussi de tels projets en mettant en garde contre des décisions de court terme.
 
La CFDT monte ce mercredi au créneau face aux menaces brandies ces derniers jours par Airbus, la grande filiale du groupe européen en EADS, et par Dassault Aviation, de délocaliser une partie de leur production en zone dollar en raison de la chute du billet vert face à l'euro.
 
Le syndicat estime que "les récents communiqués de presse de Dassault et d'Airbus tendent à faire de la parité euro/dollar la cause des difficultés que rencontrent les deux groupes et la justification de délocalisations projetées. Compte tenu des risques d'impact industriel et sur l'emploi de telles décisions, si elles étaient confirmées, la CFDT déplore vivement que ces annonces soient faites publiquement sans concertation préalable avec les représentants des salariés."

La CFDT estime que "cette disparité entre les deux monnaies, si elle est bien un handicap de compétitivité sur les prix de vente, ne doit pas cacher l'arbre qui cache la forêt. Les délocalisations annoncées le 03 décembre par le Président Gallois toucheront de plein fouet les sous traitants d'Airbus avec des menaces possibles sur l'emploi. Aujourd'hui Airbus France externalise déjà 30% des ses activités, demain l'objectif est de passer à 50%, voir plus. Avec un plan Power 8 renforcé que restera-t-il d'Airbus France ? Dans cette logique de délocalisation de la sous-traitance, qui sera garant de la maîtrise stratégique, technologique et du savoir-faire ?"

Pour le syndicat, "la parité euro/dollar ne doit pas être accusée de tous les maux et masque plutôt la désorganisation du groupe EADS, ses dérives sur programmes et ses errements financiers. Sans les déboires de l'A400M et de l'A380 les résultats d'EADS seraient nettement meilleurs. Pour mémoire, l'A400M représente une provision de 1,37 milliard d'euro tandis que le dollar entraînerait une perte de 1 milliard à l'horizon 2010-2011. De plus, la parité euro/dollar risquant de s'inverser après les élections au Etats-Unis, ces décisions à chaud se retournerait contre les deux constructeurs civils et militaires."

La CFDT souligne qu'à ses yeux, "seule une stratégie européenne du secteur aéronautique est à même de compenser cette parité défavorable". Afin de pouvoir juger de l'effet réelle de la parité euro/dollar sur cette nouvelle stratégie du groupe EADS et d'AIRBUS, les représentants CFDT d'Airbus demandent que le CCE, le comité centrale d'entreprise, missionne une étude détaillée et argumentée afin qu'ils puissent avoir une vision de la portée réelle de l'euro fort sur la compétitivité d'EADS.
 
Chez Dassault, cette étude est d'ores et déjà en cours (à l’initiative de la CFDT, majoritaire au CCE).
 
Invité ce mercredi sur i-Télé, le directeur général de l'OMC, l'organisation mondiale du commerce, Pascal Lamy a critiqué à mots couverts ces projets de délocalisation d'activités en zone dollar : "les rapports entre l'euro, le dollar, le yen, le yuan sont des choses qu'il faut regarder à moyen terme. Quand on est chef d'entreprise et qu'on décide des localisations en fonction des avantages comparatifs, en fonction des clients, on regarde les choses à moyen terme. Je ne crois pas que ce soit des choses sur lesquelles on peut décider à court terme. Il se trouve qu'aujourd'hui (...), l'euro est beaucoup plus fort et le dollar beaucoup plus faible, mais ça reviendra dans l'autre sens. On délocalise pour des raisons qui, très souvent sont la proximité de la clientèle et si je prends l'exemple d'EADS et de Dassault (...) ils ont aussi beaucoup de coûts en dollar".
 
 
(*) Paru dans La Tribune du 05/12/07
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Equipe rédaction CFDT Eurocopter - dans AIRBUS - POWER 8
commenter cet article

commentaires

Calendriers CARE - RTT 2016

Calendrier Non-Cadres CARE RTT 2016  :

                                                           

Calendrier Cadres 211 J CARE RTT 2016 :

                                                             

Calendrier Cadres 214 J CARE 2016 :