Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Connaitre l'histoire...

Pour l'histoire sociale d'AIRBUS Helicopters,

cliquez ICI.

 


 

 

Rechercher

Visiteurs en ligne

Les archives de La BUGADE

Pour retrouver toutes les archives de La BUGADE,

CLIQUEZ ICI

13 octobre 2015 2 13 /10 /octobre /2015 10:05

La  phase  de  concertation  sur  la  réorganisation du travail des Non-Cadres s’est terminée le 8 octobre. La phase proprement dite de négociation débutera après la phase de concertation sur le Temps de Travail des cadres, prévue le 22 octobre. Lors de cette concertation, la Direction a rappelé le contexte économique et industriel de l’entreprise et elle a défini sa « feuille de route » pour la négociation à venir sur les horaires de jour et sur les horaires spéciaux des Non-Cadres (NC).

 

Rappels :

 

La CFDT tient à rappeler que l’accord SAFE était un bon accord, fruit d’une longue négociation, et qui répondait aux contraintes de l’entreprise et à des demandes des hiérarchies à l’époque. Elles ne seraient plus les mêmes aujourd’hui ? La négociation à venir ne doit pas tout remettre en cause, en oubliant les raisons qui avaient conduit à certains dispositifs de SAFE (horaires 2x8 pour les cols bleus et cols blancs, dégressivité, pauses, temps de travail des NC Forfaités, etc.). Ces dispositions répondaient à des dysfonctionnements qu’il ne faudrait pas recréer. La CFDT rappelle que SAFE n’a pas été appliqué dans sa globalité et que les salariés n’en sont pas responsables. Les contraintes imposées ces dernières semaines aux hiérarchies sur les heures excédentaires ne sont-elles pas suffisantes avec de simples aménagements (recouvrement, « 24 mois »,…) ?

 

Les priorités de la CFDT

 

Pour la CFDT, la priorité est la défense des emplois et la pérennité de l’entreprise et de ses sites de Marignane et de La Courneuve/Paris-Le-Bourget. Ainsi,  l’accord doit-il prévoir des engagements forts et contractuels  en termes  d’emplois sur les sites, d’embauches des apprentis, sur l’absence de tout Plan Social (PSE) sur les 3 ans à venir et sur la défense des « cœurs de métiers ». De tels accords ont été possibles chez AIRBUS en Allemagne.

 

Réorganisation du Temps de Travail des Non-Cadres, nos revendications :

 

  • La Réduction du Temps de Travail est une avancée sociale majeure et  dans le sens de l’histoire en France comme en Europe. L’évolution de la société (éducation des enfants, temps scolaire,  famille, loisirs, etc.) fait que les salariés  doivent disposer de jours de RTT à leur convenance.

 

  • Avec des semaines de 5 jours telles que souhaitées par la Direction, le risque est fort de voir les heures excédentaires déferler sur le samedi. Ce serait une régression, aussi la CFDT défend une organisation sur 4,5 jours (type Airbus Toulouse, avec possibilité de flexible, HE). Les heures le samedi doivent restées exceptionnelles, et ne pas devenir la norme en cas de ramp-up.

 

  • La dégressivité lors du passage de 2x8 en horaire de jour était un point fort de SAFE. La CFDT propose un système de droits rechargeables qui permet la gestion des fluctuations de charges tout en permettant aux salariés de ne pas perdre les droits acquis pendant leur période en horaires décalés.

 

  • Lors de la négociation SAFE, la CFDT avait revendiqué une compensation liée à la perte de jours de RTT, qui génère des frais supplémentaires aux salariés (transports, garde d’enfants, etc.). Ce fut la « prime SAFE de 50 € ». Le principe doit être reconduit pour les mêmes raisons.
  • Si les horaires décalés sont liés aux charges de l’entreprise, avec des retours possibles en horaire de journée, ces horaires doivent êtres attractifs, car La compensation doit être égale aux 20 % mensuels du système 2x8 actuel. Le  surcoût » annoncé par la Direction (26 M€ pour le 2x8, 12 M€ pour le 3x8 en 2014, 750 K€ pour la dégressivité en 2014) pour ces horaires est à relativiser et à mettre en perspective du Chiffres d’Affaires (6,5 milliards d’€), de l’EBIT (413M€) ou des primes LTIP (14M€).

 

  • Les horaires variables sont bien évidemment une nécessité pour les salariés mais aussi pour l’entreprise. L’horaire variable doit répondre aux contraintes de transports et d’embouteillage que pourrait générer une plage trop faible.

 

  • Le flexible répond lui aussi à des problématiques. C’est une nécessité pour répondre aux aléas de la vie des salariés. Les salariés doivent pouvoir capitaliser des heures pour répondre à ces aléas (RdV médical, enfants, etc.).

 

  • Le recours aux astreintes doit être clarifié et il faut enfin définir ce que sont et ne sont pas les astreintes, sans parler de la nécessaire revalorisation en comparaison de ce qui se pratique dans Airbus Group.

 

Et les cadres ?

 

La concertation ne débutera pour les cadres L5 que le 22 octobre. En préambule la CFDT rappelle que la négociation AIRBUS Group a échoué sur l’objectif de la Direction de faire travailler les cadres plus de jours sans les payer et en remettant en cause les jours d’ancienneté et d’âge. Les mêmes causes engendrant les mêmes effets, la Direction d’Airbus Helicopters est prévenue !

 

La Qualité de Vie au travail (QVT)

 

La Qualité de Vie au travail est le sujet fil rouge des réunions de concertation et négociation à venir. C’est un thème important qui bénéficie aujourd’hui de l’engagement du PDG dans son discours aux salariés.

 

Il faut que des discours, se déclinent des actions concrètes sur les conditions matérielles de travail mais aussi sur l’organisation du travail et les méthodes de management, thèmes largement développés chaque mois dans La BUGADE.

 

En lien avec la négociation sur la compétitivité et l’organisation du Temps de Travail, un des principes de base doit être la relation de confiance entre les salariés et l’entreprise sur la gestion des Temps.  Le retour « au bon sens managérial », le respect et la reconnaissance du travail sont de véritables enjeux. De là se déclineront tout ce qui se rapporte au Télétravail, le droit à la déconnexion, le travail masqué  à la maison, etc.

 

En Allemagne ?

 

Au prochain Comité Europ éen d’Airbus Helicopters, un point devra être donné aux partenaires sociaux sur les négociations en France et en Allemagne sur la compétitivité…

 

Enfin…

 

« Il n’y a pas de performance économique, sans performance sociale » a déclaré Laurent BERGER, Secrétaire National de la CFDT, sur  ITélé le 11 octobre 2015.

 

 

La CFDT ne signera pas un accord déséquilibré au profit de la seule Direction. C’est le message fort qu’envoie la CFDT à la Direction à la veille de l’ouverture de la négociation sur la compétitivité !

 

Repost 0
Published by Equipe CFDT AIRBUS HELICOPTERS (ex Eurocopter) - dans Temps de travail
commenter cet article
1 avril 2015 3 01 /04 /avril /2015 06:59

 

 

Lors de la 3ème réunion de négociation du 30 mars, la Direction d’Airbus Group a présenté ses propositions pour l’augmentation du temps de travail des cadres 1 à 3B.

 

De 211 à 215 jours, travailler plus pour gagner moins ?

 

  • Passage de 211 à 215 jours par an sans aucune compensation salariale,
  • 1 jour (sur 4) de compensation en temps placé dans le CET de fin de carrière,
  • Décalage dans le temps de l’acquisition des jours d’ancienneté (1 jour au bout de 5 ans, 2 au bout de 10 ans, etc. 5 au bout de 40 ans),
  • Passage de 37h30 à 38h30 des forfaits horaires (retour à la durée du travail applicable dans la Métallurgie en 1982, avant les lois sur la RTT),
  • Jours de Congés d’âge reculés de 2 ans, en attendant les discussions à venir sur la gestion des fins de carrières.

 

Augmentations générales pour les 1 et 2, mais flexibilité salariale totale pour les 3A et 3B

 

En parallèle, la Direction a fait des propositions sur les éléments de rémunération :

 

  • Augmentations Générales et Individuelles pour les cadres 1 et 2,
  • Suppression du mini garanti de la prime variable annuelle des 3A !!!
  • Passage de la prime variable annuelle des 3B de 12 à 15 % sans mini garanti !!!
  • Revue à la baisse des salaires minis pour « faciliter » les passages 3B avec un budget hors politique salariale pour les passages 3A et 3B !!!?

 

Rien ne justifie l’augmentation du temps de travail des cadres, suite

 

La CFDT avait clairement affiché que l’augmentation du temps de travail ne se justifiait pas. La CFDT dénonçait notamment l’incohérence de l’augmentation du temps de travail, alors que des sureffectifs de cadres sont annoncés chez Airbus voire Airbus Helicopters et que des plans sociaux sont en cours au sein d’Airbus Defence & Space et Airbus Group SAS (siège).

 

Des mesures alternatives…………………….

 

En revanche la CFDT a rappelé que des mesures alternatives telles que la simplification des méthodes de management, l’allègement des contraintes et procédures pesant sur les salariés, la diminution de la production d’indicateurs et de « reportings », l’efficacité des réunions et leur nombre, le travail nomade, etc… permettraient d’améliorer grandement le fonctionnement de l’entreprise et de «regagner du temps utile» et donc de la productivité et de contribuer ainsi à la compétitivité de l’entreprise.

 

…………………………Qui sont refusées par la Direction.

 

Manifestement, la Direction souhaite s’en tenir à la seule augmentation du nombre de jours, solution de facilité (?),  sans vouloir s’attaquer aux vrais problèmes des cadres et donc de l’entreprise.

 

Repost 0
Published by Equipe CFDT AIRBUS HELICOPTERS (ex Eurocopter) - dans Temps de travail
commenter cet article
8 décembre 2011 4 08 /12 /décembre /2011 08:31

 

Et voilà le calendrier RTT 2012 d’Eurocopter Marignane !

 

 

 

 

calendrier-2012-horizontal.gif 

 

Cliquez ICI

 

 

 

       Sans oublier celui de d’EUROCOPTER la Courneuve :

 

      Cliquez ICI

 

Repost 0
Published by Equipe rédaction CFDT Eurocopter - dans Temps de travail
commenter cet article
16 septembre 2009 3 16 /09 /septembre /2009 15:17


Le 15 septembre 2009

 


Accord Temps de Travail SAFE :

 

La Direction à l’écoute des organisations syndicales

 


Depuis le 1er septembre 2009, l’accord SAFE sur le temps de travail est entré en vigueur dans notre entreprise. Suite aux nombreux problèmes rencontrés par les salariés, par tract du 3 septembre, la CFDT demandait la mise en place d’une réunion exceptionnelle qui s’est finalement tenue le 14 septembre !

 

Pour la CFDT il est essentiel que l’accord ne soit pas dénaturé ni par rapport au texte signé, ni par rapport à « l’esprit de l’accord », tel qu’il a été négocié pendant de nombreux mois.

 

Ainsi, la CFDT s’est faite porte parole des salariés notamment pour :

 

-          La problématique des pauses y compris les espaces de pauses, et l’application restrictive dans certains secteurs

 

-          Le problème des douches des salariés dont le métier et les tâches les prévoient

 

-          Les salariés en 3x8 ou 7x7 régis par des accords spécifiques et à qui ne peuvent pas être imposées certaines clauses et pas d’autres de l’accord SAFE, sans renégociation

 

-          Clarifier les dispositions réglementaires pour les salariés qui utilisent le dispensaire

 

-          Les conditions de déplacement en missions ponctuelles de salariés en équipe 2x8 et qui perdent la majoration.

 

-          Les salariés antérieurement en 2x9, passés aujourd’hui en horaire « normal » sans dégressivité salariale

 

-          Le problème de salariés en congés les jours de CETC

 

-          Les nombreux problèmes de transports (horaires, hubs, lignes, etc.) et de parkings (équipes 2x8) qui nécessitent des aménagements et corrections.

 

-          Etc.

 

En plus de ces problèmes, ont été évoqués :

 

-          Le dépassement du temps de repas de 1h15, avec la retenue d’une ½ journée sur le flexible

 

=> Aucune retenue de salaire ne sera faite sur la paye de septembre. Le sujet sera re-débattu le 21 septembre.

 

-          Le temps de repas des salariés de la Duranne, NHI, Agavon qui ne disposent pas de restaurants sur place.

 

=> Le principe de 15’ supplémentaires pour le temps de repas est acté pour ces personnels

 

Lors de la réunion La Direction a rappelé :

 

- Qu’elle a déjà engagé un certain nombre d’actions d’information/sensibilisation des hiérarchies sur les tenants et aboutissants de l’accord en rappelant le contenu et l’esprit de SAFE.

 

- Pour les pauses, une étude est lancée sur les lieux de pauses pour adapter les locaux aux nouveaux principes de l’accord SAFE, et en faire de vrais lieux de repos adaptés.

 

- Que des améliorations sont déjà actées pour les bus pour les 2x8 notamment pour certains arrêts. Des études sont en cours pour Vitrolles et Marignane avec multiplication des arrêts de ramassage des salariés, ainsi qu’une étude sur Alleins / Mallemort / Sénas. La réunion transport doit se réunir avant la fin du mois de septembre.

 

- Que pour traiter le problème des douches des salariés qui peuvent en bénéficier en fonction de leur poste de travail, la Direction a engagé une réflexion sur les primes (salissures, incommodités, etc.) octroyées aux salariés. Le sujet sera re-débattu le 24 septembre.

 

 

 

Les prochaines étapes :

 

 

- Le 21 septembre pour traiter tous les problèmes remontés
par les partenaires sociaux

 

 

- Fin septembre pour la commission transport

 

 

 


 

 

 


La CFDT reste à l’écoute des salariés et fera remonter les difficultés rencontrées sur le terrain de l’application de SAFE.

 

Enfin la CFDT rappelle que le bon sens doit primer pour la mise en œuvre de l’accord SAFE, dans l’intérêt de l’entreprise et de ses salariés !

 

Repost 0
Published by Equipe rédaction CFDT Eurocopter - dans Temps de travail
commenter cet article
15 juillet 2009 3 15 /07 /juillet /2009 06:26



 

Modification du calendrier RTT à Eurocopter Marignane

 

(septembre - décembre 2009)

 

 

Suite à l'accord SAFE sur le temps de travail à Eurocopter, le calendrier RTT est modifié comme suit : pour tenir compte de la journée qui passe de 8h00 à 8h20 (base 35h00). La journée de 8h00 génère 2 jours de RTT en moins. Mais en fonction de l'activité décroissante, il a été retenu de les prendre sur 2 des 4 jours prévus initialement en heures excédentaires.

 

Vous trouverez ci-après le régime retenu pour les vendredis à Marignane et La Courneuve  (1), hors BE (2):

 

Septembre :

 

04/09/09 : Travaillé 

11/09/09 : Travaillé à Marignane, RTT à La Courneuve

18/09/09 : RTT à Marignane, Travaillé à La Courneuve

25/09/09 : RTT

 

Octobre :

 

02/10/09 : RTT à Marignane, Travaillé à La Courneuve

09/10/09 : RTT

16/10/09 : Travaillé

23/10/09 : Travaillé

30/10/09 : Travaillé à Marignane, RTT à La Courneuve

 

Novembre :

 

06/11/09 : RTT

13/11/09 : Travaillé

20/11/09 : Travaillé en heures excédentaires (CETC)

27/11/09 : RTT

 

Décembre :

 

04/12/09 : Travaillé en heures excédentaires (CETC)

11/12/09 : Travaillé

18/12/09 : Travaillé

 

Autres jours RTT (inchangé)

 

23/12/09 : RTT

24/12/09 : RTT

28/12/09 : RTT

29/12/09 : RTT

30/12/09 : RTT

31/12/09 : RTT

 

 

(1) Marignane et La Courneuve ont un calendrier différent

 

(2) Pour le Bureau d'Etudes, il sera précisé lors du CE de fin aout si en fonction de l'activité de ce secteur, il est nécessaire ou non de garder 2 jours en HE, en sus des 2 pour le CETC.

 

 

Repost 0
Published by Equipe rédaction CFDT Eurocopter - dans Temps de travail
commenter cet article
18 mai 2009 1 18 /05 /mai /2009 12:30


CFDT Eurocopter

 

 

Déclaration de la CFDT à la séance plénière du CHCST du 18/05/09 sur le projet de réorganisation du temps de travail

 

 

La Direction a fait le choix de réorganiser le temps de travail dans notre entreprise. Pour la CFDT, un tel projet n'a de sens que s'il permet d'assurer la pérennité de l'entreprise, de l'activité et des emplois. Dans la période de crise actuelle, qui commence à impacter l'industrie Aéronautique française, mais aussi européenne et mondiale, et donc à plus ou moins court terme Eurocopter, c'est essentiel !

 

Le projet a fait l'objet d'une longue négociation avec les partenaires sociaux. La CFDT a fait clairement le choix de ne pas pratiquer la politique de la chaise vide.

 

Ainsi la CFDT s'est attachée tout au long de la négociation à faire évoluer l'accord pour assurer en final le meilleur compromis entre les intérêts de l'entreprise et les intérêts de tous les salariés, y compris leurs conditions de travail, qu'ils soient cadres, non-cadres non-forfaités, non-cadres forfaités, cols blancs ou cols bleus, en travail postés ou non postés.

 

La CFDT doit aujourd'hui se prononcer sur cet accord dans le cadre strict du CHSCT uniquement, c'est-à-dire par rapport aux nouvelles conditions de travail et leur impact sur les salariés.

 

Ainsi, la CFDT donnera un avis favorable en CHSCT notamment pour les raisons suivantes :

 

  • Le nouvel horaire de jour réduit les journées de travail et donc la fatigue

 

  • Le maintien du principe des semaines de 4 jours reste «un plus» pour les salariés, en terme de partage temps de travail - temps personnel.

 

  • Le nouvel horaire alterné «2 x 8 jour» est moins contraignant pour la santé des salariés que les 2 x 9 actuels en termes de rythmes (équipe du soir)

 

  • - L'alternance par semaine du travail posté suit les recommandations de la Médecine du Travail et répond aux attentes des salariés comme la CFDT l'avait revendiqué

 

  • La rigueur imposée par l'accord limitera les dérives constatées ces dernières années, sur les horaires parfois imposés aux salariés.

 

  • Le nouvel accord offre une ouverture sur le télétravail qui répond à des attentes de salariés au-delà des quelques cas actuels.

 


Repost 0
Published by Equipe rédaction CFDT Eurocopter - dans Temps de travail
commenter cet article
9 avril 2009 4 09 /04 /avril /2009 14:00




La réorganisation du temps de travail est en cours de négociation à Eurocopter, la CFDT s'est exprimée à ce sujet à plusieurs reprises :

 

Le communiqué FGMM CFDT

 

Dans les médias

 

Dans la Bugade de décembre

 

Dans un tract du 6 février,

 

Dans un tract du 17 février,

 

Dans un tract du 3 mars

 

Dans un tract du 16 mars

 

Dans un tract du 23 mars

 

Dans un tract du 30 mars

 

Sur ce blog pour expliquer le « lean manufacturing »et la « pression du client »...

 

Prochain, épisode le 31 mars......

 

A suivre !


 

Le  9 avril 2009/ N°8

 

Négociation sur le temps de travail 

 

Réunion du 31 mars,

 

La négociation, suite...

 

Suivant le code du travail, « la détermination de l'horaire de travail constitue une prérogative de l'employeur correspondant à son pouvoir de Direction. Le travail salarié étant un travail subordonné (via le contrat de travail salarié employeur), il revient légalement à l'employeur de prescrire les modalités de réalisation du travail, et notamment les horaires et l'aménagement du temps de travail ». En clair l'entreprise n'est en aucun cas une structure démocratique, et Eurocopter n'était pas formellement obligée de négocier la réorganisation du temps de travail. Mais la culture sociale de l'entreprise fait que la négociation est pratiquée.

 

Pour la CFDT, il ne faut jamais oublier que c'est Eurocopter qui nous fait vivre, et que donc sa pérennisation à Marignane comme à La Courneuve est un élément à prendre en compte. Cependant, contrairement à l'Allemagne avec le principe de la codétermination (cogestion) la mise en place d'une organisation comme EPS, ou « lean manufacturing », n'est pas négociable et est de la stricte responsabilité de la Direction. Or pour la CFDT, EPS est l'élément majeur hélas non-négociable en France, qui a conduit à revoir le temps de travail.

 

Enfin dans cette négociation sur la réorganisation du temps de travail, la CFDT s'est attachée au travers de ses revendications à prendre en compte la totalité de la population non-cadre, les forfaités comme les non forfaités, les cols bleus comme les cols blancs, les salariés postés comme les non-postés.

 

Une négociation est terminée lorsque le projet d'accord est entre les mains des partenaires sociaux. Ce n'est qu'alors que les organisations syndicales s'engagent ou pas. La CFDT ne se positionnera donc pas avant que la dernière goutte d'encre sur l'accord soit sèche...

 

Sans revenir sur tous les détails de l'accord, nous en précisons aujourd'hui les points essentiels et en quoi, la CFDT a concrètement fait avancer la négociation.

 

1- Journée de 8h00

  

La journée de 8h00 était pour la Direction un point non négociable.

 

Pour la CFDT, il était essentiel que cette mesure qui impacte tous les salariés non-cadres, soit compensée. La Direction arguait du fait, que ce n'était pas du travail en plus puisque le temps de travail sur l'année (35 heures) est inchangé. Négociation après négociation, tracts après tracts et dès le début nous avons maintenu notre revendication, malgré tous les refus initiaux. La CFDT a été finalement entendue et le 31 mars et la Direction compense à hauteur de 600 €/an pour tous les non-cadres de l'entreprise.

 

Pour le double-pointage du repas, nous avons malheureusement été bien seuls pour nous y opposer...

 

Le temps partiel à 90% est désormais possible pour les non-cadres, comme pour les cadres.

 

2 - Horaires postés, « 2x8 de jour »

 

Parmi les avancées de la réunion du 31 mars il y a le passage de 30 € à 50 € par mois de la prime d'habillage/déshabillage (550 €/an). Cette mesure concerne tous les salariés cols bleus ou cols blancs assujettis à une tenue de travail (veste, pantalon, chaussures).

 

Les salariés Non-Cadres Non-Forfaités (NCNF) en horaire posté, pourront capitaliser le flexible suivant les mêmes règles que les salariés en horaire standard.

 

La compensation pour les Non-Cadres Forfaités (NCF) en posté est revenu à 20%. Par contre les NCF ne pourront pas capitaliser de flexible.

 

A la demande du salarié et accord hiérarchie, il est possible par dérogation, de travailler uniquement les matins ou les après midis avec une compensation à 15%

 

 

NCNF

NCF

NCNF / NCF

NCNF / NCF

NCNF

NCF

 

Col bleu en 2x8

Col Bleu en 2x8

Col bleu en horaire de jour

Col blanc en horaire de jour

Col blanc en 2x8

Col blanc en 2x8

Majoration sur TTE suite à horaires postés / mois

20%

20 %

0

0

20%

20 %

Prime d'habillage  / déshabillage + douche

50 €

50 €

50 €

0

0

0

Temps payé

8h00

8h29

8h00 / 8h29

8h00 / 8h29

8h00

8h29

Temps de travail effectif / Jour

7h10

7h10

8h00 / 8h29

8h00 / 8h29

7h10

7h10

Temps payé non travaillé / Jour

20' de pause + 30' de repas

20' de pause + 30' de repas + 29' du forfait

 

 

20' de pause + 30' de repas

20' de pause + 30' de repas + 29' du forfait

 

NCNF : Non-Cadre Non-Forfaité                                         NCF : Non Cadre Forfaité

3 - Compte Epargne Temps Collectif (CETC)

 

La CFDT s'est attachée à « verrouiller au maximum » le recours du CETC. Il ne faut absolument pas que cela conduise à ce qu'un secteur de l'entreprise fasse des heures supplémentaires, alors qu'à côté les salariés sont « à la maison » et « puisent » dans le CETC. Cela passe par la mise en place d'un certain nombre de règles précises et notamment les transferts de personnels entre secteurs, l'arrêt des heures supp. , du travail posté, etc. Néanmoins, la décision finale passera par un vote des CE de Marignane et de La Courneuve, avec aujourd'hui, une majorité FO-CGC-CFTC. Il est de la responsabilité des salariés d'élire le moment venu leurs représentants dans cette instance les mieux à même de les défendre.

 

4 - Volet emploi

 

Le volet emploi est important dans un contexte incertain, face à la crise internationale qui gagne le secteur Aéronautique. L'accord prévoit 45 embauches d'intérimaires supplémentaires par rapport au plan 2009, ainsi que des engagements pour les apprentis qui finissent leur scolarité en 2009,2010 et 2011.

 

5 - Points durs

 

Le 1er point dur concerne la volonté de la direction de fixer un quota maxi d'heures supplémentaires à 220 h/an. Pour la CFDT c'est inacceptable car cela va contre l'emploi et elle s'était toujours opposée ces dernières années aux avenants à 250 heures.

Le 2nd point dur concerne la composition de la commission créée pour cet accord et qui aura un rôle essentiel à l'avenir pour le recours ou non au CETC, aux heures supp, le calendrier, etc. Pour la CFDT, la composition de cette commission doit respecter l'accord de droit syndical EADS de 2009.

 


6 - Et la suite ?

 

Nous allons passer en phase de relecture de l'accord. Ce sera l'occasion de préciser et de revoir un certain nombre de points. Quelle est l'influence des provisions liées au CETC sur l'Intéressement des salariés ? Les heures travaillées les vendredis RTT ne doivent pas déroger à la règle de l'annualisation des horaires sur le paiement des compensations. Les salariés en 2x8 actuels sont les plus pénalisés par cet accord. Un effort particulier reste à faire pour cette population.

 

Entre les 1ères propositions de la Direction et aujourd'hui, il y a eu des avancées sur ce qui était négociable. Des points restent en suspend et des améliorations sont encore nécessaires.

La CFDT a commencé à consulter ses adhérents seuls maîtres de sa décision finale !

Repost 0
Published by Equipe rédaction CFDT Eurocopter - dans Temps de travail
commenter cet article
30 mars 2009 1 30 /03 /mars /2009 13:02



CFDT d'Eurocopter s'est exprimée à ce sujet à plusieurs reprises :

 

 

Le communiqué FGMM CFDT

 

Dans les médias

 

Dans la Bugade de décembre

 

Dans un tract du 6 février,

 

Dans un tract du 17 février,

 

Dans un tract du 3 mars

 

Dans un tract du 16 mars

 

Dans un tract du 23 mars

 

Sur ce blog pour expliquer le « lean manufacturing »et la « pression du client »

 

Prochain, épisode le 31 mars......

 

A suivre !





Le  30 mars 2009/ N°7

 

 

Négociation sur le temps de travail 

 

Réunion du  25 mars,

De gros efforts restent à faire !

 

 

 

La CFDT n'a jamais été à l'origine de la demande d'un tel accord sur la réorganisation du temps de travail à Eurocopter.  Pour autant la CFDT n'a jamais été pour la « politique de la chaise vide » qui ne mène à rien et s'est donc engagée dans la négociation.

 

Pour faire avancer concrètement la négociation, la CFDT s'appuie sur le soutien des plus de 20 % de salariés d'Eurocopter qui se sont mobilisés à son appel le 19 mars 2009. Contrairement à d'autres organisations syndicales, « bas les masques », la CFDT se refuse à jeter le discrédit sur les salariés qui se sont mobilisés devant l'entreprise le 18 mars et le 25 mars, sans pour autant soutenir des actions antisyndicales qui mènent à des impasses. La porte de la CFDT n'a jamais été fermée à ces salariés pour que leurs revendications soient portées devant la direction à la table de négociation.

 

Aujourd'hui nous arrivons dans la phase finale de négociation. Pour la CFDT un tel accord n'a de sens que s'il est gagnant - gagnant pour l'entreprise et les salariés. Des avancées ont été faites, mais les 4000 salariés non-cadres impactés ne s'y retrouvent pas tous encore. Des marges de manœuvre existent avec les gains supposés de productivités que va générer la nouvelle organisation. Comme déjà évoqué c'est la mise en place du lean manufacturing, issu du TOYOTISME, rebaptise Eurocopter Product System (EPS) qui va conduire aux gains de productivité et qui conditionne les nouveaux horaires de travail de plus de 4000 salariés. Pour la CFDT il doit y avoir un partage de ces gains de productivité qui seront apportés par les salariés eux-mêmes à l'entreprise !

 

La pérennité de l'entreprise passe par son adaptation permanente. Elle passe aussi par le savoir-faire et les emplois. Le volet emploi doit être au cœur de la négociation. Il en va notamment de l'avenir de nos 1000 intérimaires et de nos apprentis en fin de formation.

 

1- Journée de 8h00

  

La position de la Direction n'a pas évolué sur la journée de 8 heures (plages flexibles, double pointage pour le repas, etc.). La seule avancée notable concerne la possibilité de capitaliser en flexible 5 jours par an au lieu de 4 initialement.

 

La CFDT est contre le double - pointage du repas du midi. Force est de reconnaitre qu'elle est seule à s'y opposer. 

 

Pour la CFDT la journée de 8 heures est la « mesure phare » de la Direction qui va impacter la vie de 4000 salariés. C'est la mesure qui permettra à la Direction, selon elle,  de forts  gains de productivité et des réductions de coûts au nom de l'intérêt des actionnaires

 

Les 8 jours en plus pris sur les RTT réduira les possibilités d'heures supplémentaires pour un certain nombre de salariés et donc des pertes de revenus. Pour l'ensemble, c'est 8 jours de plus sur le site, auxquels s'ajouteront les 2 jours RTT en heures supplémentaires pour le CETC (voir ci-après).

 

Pour La Courneuve, la CFDT a pris bonne note des possibilités d'adaptation horaire en fonction des transports en commun de la région parisienne et attend avec impatience plus de précisions sur les modalités de l'indemnisation des transports puisque l'établissement ne dispose pas d'une flotte de bus gratuits comme à Marignane.

 

Pour la CFDT, il doit y avoir compensation financière pour les salariés non-cadres  pour ces 8 jours de RTT perdus. La CFDT pèsera de tout son poids sur ce point face à une Direction inflexible jusqu'à aujourd'hui sur son refus d'une telle compensation.

 

 

2 - Compte Epargne Temps Collectif (CETC)

 

Dans le tract du 23 mars nous avons donné les enjeux du CETC. La CFDT n'est pas à l'origine de la demande et encore une fois force est de constater qu'elle est la seule organisation syndicale à émettre les plus fortes réserves.

 

Pour la CFDT l'enjeu essentiel aujourd'hui, en est la maitrise car il peut être pour la Direction un redoutable outil assurant une flexibilité maximale en cas de crise. Les conditions d'utilisation du CETC en cas de crise, notamment sectorielles, ne sont pas encore clarifiées. La CFDT n'a pas encore les réponses aux questions posées dans son tract du 23 mars et réitérées en séance le 25 mars.

 

Des avancées ont cependant été faites au niveau de la commission qui suivra cet accord (ex observatoire social). Les salariés doivent savoir que la décision finale passera par un vote en CE avec une ENTENTE FO-CGC-CFTC majoritaire...

 

Sur les modalités pratiques, pour les salariés, la CFDT s'opposait à un blocage « à vie » du CETC. Ce n'est plus le cas et le salarié au bout de la 4ème année récupérera 2 jours qui lui seront payés et en cotisera 2 autres pris sur les RTT. Chaque année, sera payée la majoration de 35 % des 16 heures cotisées. Au bout de 3 ans, pour 48 heures cotisées le salarié avec l'abondement direction de 112 heures aura 160 heures au compteur, utilisables en cas de crise.

 

3 - Horaires postés « 2x8 de jour »

 

Les nouvelles propositions de la Direction le 25 mars pour les horaires postés sont les suivantes :

 

 

NCNF

NCF

NCNF / NCF

NCNF / NCF

NCNF

NCF

 

Col bleu en 2x8

Col Bleu en 2x8

Col bleu en horaire de jour

Col blanc en horaire de jour

Col blanc en 2x8

Col blanc en 2x8

Majoration sur TTE suite à horaires postés / mois

20%

20 % dont 5 % en temps

0

0

20%

20 % dont 5 % en temps

Prime d'habillage  / déshabillage + douche

30 €

30 €

30 €

0

0

0

Temps payé

8h00

8h29

8h00 / 8h29

8h00 / 8h29

8h00

8h29

Temps de travail effectif / Jour

7h10

7h10

7h40 / 8h09

7h40 / 8h09

7h10

7h10

Temps payé non travaillé / Jour

20' de pause + 30' de repas

20' de pause + 30' de repas + 29' du forfait

20' de pause

20' de pause

20' de pause + 30' de repas

20' de pause + 30' de repas + 29' du forfait

 

NCNF : Non-Cadre Non-Forfaité                                         NCF : Non Cadre Forfaité

 

Pour la CFDT le salaire ne doit pas être impacté pour toutes les catégories NCNF et NCF qu'ils soient cols blancs et cols bleus. Le compte n'y est pas.

 

- La prime de 30 € est clairement insuffisante et la CFDT revendique 5% du salaire mini, soit 75 €.

- La CFDT a demandé une clarification sur l'attribution de cette prime qui peut concerner certains cols blancs (Inspecteurs Qualité, etc.)

- L'horaire proposé prévoit désormais une plage flexible de 15'.

- Une dégressivité de perte de salaire sur 12 mois est prévue pour les salariés actuellement en 2x8 qui ont une compensation de 25% sur le temps de travail effectif. La CFDT revendique une non-perte de salaire pour cette catégorie de salariés avec une intégration dans le salaire du différentiel.

- La Direction  demande aux organisations syndicales de se positionner pour l'horaire des « bus du midi » avant ou après le repas. La CFDT consulte ses adhérents.

 

 


Pour la CFDT, des efforts restent encore à faire pour aboutir à un véritable accord gagnant - gagnant, notamment sur la compensation des 8 jours de RTT perdus par les plus de 4000 salariés non-cadres l

Repost 0
Published by Equipe rédaction CFDT Eurocopter - dans Temps de travail
commenter cet article
27 mars 2009 5 27 /03 /mars /2009 06:16





Satisfaire le client répondre à ses exigences est un leitmotiv que l'on entend souvent dans notre entreprise. C'est aussi un argument donné pour réorganiser le temps de travail dans l'entreprise.


Mais prenons un peu de recul...






Satisfaire le client (1)



Le client est avant tout un être de fiction, un argument brandi par le management pour se faire obéir, avec une idée aussi simple qu'efficace : les subordonnés acceptent davantage le langage d'un acteur dont ils partagent l'identité (à la ville) que celui d'un chef aux antipodes de leurs intérêts. (...)


Puisqu'il est difficile de contester l'idée qu'il faut satisfaire le client (auquel, dans les entreprises de masse, chaque travailleur peut s'identifier), l'argument du "client roi" joue également comme source de légitimité pour les réformes appliquées au travail, à son organisation et à ses conditions. Lorsqu'elles sont menées en son nom, il est plus difficile d'expliciter les éventuels conflits d'intérêts entre acteurs organisationnels.


Les objectifs de qualité, productivité et réduction de coûts seraient sans doute davantage contestables et discutables s'ils étaient énoncés au nom de l'intérêt des actionnaires.


Les mêmes exigences mises au bénéfice du client passent sans bruit : rythmes, horaires, informatisation, privatisation, contrôles, flexibilité, pression qualitative et quantitative sur les tâches...


Le consommateur joue alors le rôle de "patron en aval". Le phénomène est particulièrement net dans les démarches de "modernisation" du service public menées sous la bannière de la satisfaction de l'usager (...). La nécessité, réputée absolue, de le "satisfaire" est un argument régulièrement brandi notamment lors des conflits sociaux pour les faire cesser au plus vite. Le consommateur contribue alors au travail de médiation des conflits ou, en tout cas, à l'atténuation de leur expression (...). Le fournisseur promet au consommateur une "satisfaction complète", une "qualité irréprochable" et une "sécurité absolue" (...).


Or, ces engagements, pour être enchanteurs, ne sont évidemment pas tenables. En particulier, le client n'est pas vraiment traité comme un roi ; la qualité de service peut même se dégrader visiblement au moment où il est qualifié ainsi.


Marie -Anne Dujarier (2)


(1) Article paru dans Le Monde Diplomatique Mars 2009


(2) Le Travail du consommateur - Edition de La Découverte 2008



Repost 0
Published by Equipe rédaction CFDT Eurocopter - dans Temps de travail
commenter cet article
23 mars 2009 1 23 /03 /mars /2009 11:49




 

La réorganisation du temps de travail est à l'ordre du jour à Eurocopter depuis plusieurs mois. La CFDT d'Eurocopter s'est exprimée à ce sujet à plusieurs reprises :

 

Le communiqué FGMM CFDT

 

Dans les médias

 

Dans la Bugade de décembre

 

Dans un tract du 6 février,

 

Dans un tract du 17 février,

 

Dans un tract du 3 mars

 

Dans un tract du 16 mars

 

Prochain, épisode le 25 mars......

 

A suivre !



 

 

Le  23 mars 2009/ N°6

 

Négociation sur le temps de travail 

 

Réunion du 18 mars, inacceptable !

 

 

La CFDT remercie tous les salariés encore plus nombreux que le 29 janvier, qui en étant absents d'Eurocopter ou en se mobilisant à Marseille et à Paris le 19 mars ont démontré leur mécontentement par rapport à la négociation en cours sur le temps de travail. En répondant à notre appel, vous avez renforcé le poids de la CFDT dans la négociation.

 

Nous renouvelons notre appel, resté sans réponse à ce jour, à une intersyndicale Eurocopter sur cette réorganisation du temps de travail qui impactera plus de 7000 salariés !

 

1- Journée de 8h00, quel « plus » pour les salariés ?

  

La Direction est inflexible sur sa détermination à mettre en place la journée de 8h00 qui conduit à 8 jours de RTT en moins sur l'année. La CFDT revendiquait qu'avec une journée de 8h00, les salariés voient concrètement leur journée de présence sur le site réduite de 20'. C'est désormais le cas avec une plage fixe 7h30 - 16h30 et des plages flexibles 7h00-9h00 et 16h00 - 18h00 (18h30 pour les Non cadres Forfaités). La plage flexible du matin est encore amendable. Reste à clarifier le «flexible» qui ne manquera pas de s'accumuler, ni le nombre de jours de congés qui doit tenir compte suivant la loi, du nombre de jours travaillés.

 

Par contre la CFDT s'est retrouvée seule pour s'opposer au double pointage obligatoire pour les non-cadres le temps du repas (1h00 plus ou moins ¼ d'heure, soit un minimum de 45'). Nous rappelons une fois de plus que les dérives éventuelles sont de la responsabilité de la hiérarchie. Ensuite, sachant que les équipes dans nombre de secteurs d'activités sont mixtes cadres et non-cadres, qu'ils déjeunent ensemble, cela entrainera une disparité entre catégorie contraire au Team Spirit de VITAL tant prôné par la Direction !

 

Au nom du juste retour de gains qui seront réalisés par l'entreprise suite à la nouvelle organisation du temps de travail, la CFDT revendique toujours une augmentation salariale suite à ces 8 jours RTT perdus. La nouvelle organisation ayant vocation à améliorer la compétitivité de l'entreprise, elle doit s'engager sur l'emploi et la pérennité des activités sur les sites de Marignane et de La Courneuve.

 

2 - Compte Temps Collectif (CTC), bien comprendre les enjeux...

 

La Direction veut mettre en place le CTC qui serait une assurance pour éviter aux salariés de se retrouver en chômage partiel indemnisé à 60 % du brut aujourd'hui et demain à 75%. Avec le CTC le salarié disposerait d'un crédit jusqu'à 160 heures pour conserver un salaire à 100 % (hors primes de nuit, etc.). Un des arguments de la Direction, que la CFDT réfute totalement, c'est la « lourdeur administrative » qui autoriserait avec un financement d'Etat, le passage d'Eurocopter en chômage partiel ! N'est-ce pas la transparence, valeur VITAL, y compris sur les finances, les bénéfices, les actionnaires, qui serait nécessaire et qui gêne la Direction ?

 

Pour la CFDT, cela cache évidemment autre chose, notamment l'utilisation que veut faire la direction du CTC.  La Direction veut découper Eurocopter en « sous-ensembles » cohérents qui seraient par exemple une chaine de montage, un atelier, le BE, etc. Pour ce sous-ensemble en fonction des charges, le calendrier d'annualisation pourrait être spécifique ainsi que le nombre de jours RTT en heures supp. obligatoires. Le CTC pourrait s'appliquer en cas de baisse de charges à un sous-ensemble spécifique.

 

C'est clairement la voie ouverte à une usine à plusieurs vitesses. Il y aura disparité entre les salariés qui récupéreront les heures capitalisées au CTC avec un vrai bonus et ceux qui seront obligés de l'utiliser car leur secteur d'activité aura été décrété « en crise », sans empêcher totalement une perte de rémunération.

 

L'utilisation aujourd'hui du CTC se ferait après l'arrêt des heures excédentaires, des horaires postés, des jours RTT, des transferts de salariés entre ateliers. Pour la CFDT reste à clarifier la question des congés, de la sous-traitance de délestage voire de capacité, les intérimaires.

 

La CFDT a été la seule organisation syndicale à refuser le CTC et à revendiquer l'indemnisation à 100% du chômage partiel comme pour les cadres en Forfait Jours. Pour la CFDT, le CTC est un outil de flexibilité pour la Direction dont il est essentiel de maitriser la mise en œuvre (voir ci-après), et dont les salariés peuvent être leurrés par un abondement très attractif, bien que bloqué à ce jour, jusqu'au départ en retraite ! Enfin, la Direction a précisé que si tout le monde est contre, elle le retire, alors ?...

 

3 - Passage en Forfait Jour (FJ) de certains non-cadres forfaités ?

 

La Direction propose le passage en FJ de certains non-cadres pour résoudre certaines difficultés liées aux horaires. Pour la CFDT, un non-cadre qui a les mêmes responsabilités qu'un cadre, les mêmes contraintes, cela s'appelle un cadre, et non un forfaité passé en Forfait Jours !

 

4 - Horaires postés « 2x8 de jour », inacceptable !

 

La Direction a proposé le 18 mars les compensations suivantes pour les horaires décalés :

 

 

NCNF

NCF

NCNF / NCF

NCNF / NCF

NCNF

NCF

 

Col bleu en 2x8

Col Bleu en 2x8

Col bleu en horaire de jour

Col blanc en horaire de jour

Col blanc en 2x8

Col blanc en 2x8

Majoration suite à horaires postés / mois

10%

5% + 2 heures du forfait payées non travaillées

0

0

10%

5% + 2 heures du forfait payées non travaillées

Temps payé d'habillage  / déshabillage + douche

5%

5%

5%

0

0

0

Temps payé

8h00

8h20

8h00 / 8h20

8h00 / 8h20

8h00

8h20

Temps de travail effectif / Jour

7h10

7h10

7h40 / 8h00

7h40 / 8h00

7h10

7h10

Temps payé non travaillé / Jour

20' de pause + 30' de repas

20' de pause + 30' de repas + 20' du forfait

20' de pause

20' de pause

20' de pause + 30' de repas

20' de pause + 30' de repas + 20' du forfait

NCNF : Non-Cadre Non-Forfaité                                     NCF : Non Cadre Forfaité

 

Pour la CFDT, la proposition est inacceptable par rapport à un 2x8 à 25% et un 2x9 à 20 % aujourd'hui. Aujourd'hui, pour les NCF en postés dans ces horaires sans flexible, ne leurs sont pas retirées les 2h00 de forfait dans la compensation. Il est inacceptable de le faire avec ce nouvel horaire.

 

La CFDT revendique une prime fixe pour le déshabillage réévaluée chaque année. Il faut préciser qui a le droit à cette prime, notamment les Inspecteurs Qualité. Pour les horaires postés qui ne concerneraient plus que 1000 salariés, la CFDT revendique un vrai volontariat car cet horaire va poser des problèmes aux nouveaux postés essentiellement cols blancs, mais aussi aux salariés en 2x9 actuels.  La rotation à la semaine est acceptée, suivant la demande CFDT et les recommandations de la médecine du travail.

 

Les nouveaux horaires 6h00 - 13h30 et 13h20 - 20h50 posent la question du repas du midi avant ou après les bus, pour Marignane. Se pose alors la question de l'amplitude de la journée pour un salarié à 1 heure de trajet en bus. Cela signifie se lever vers 4h00 du matin pour arriver à 6h00 et être rentré chez soi à 15h30 si le repas est pris à Eurocopter. Du flexible est nécessaire au moins le matin pour ceux qui sont en voiture. Pour La Courneuve, l'horaire devra être adapté en fonction des transports en commun.

 

5- Observatoire social, moins anodin qu'il ne parait ...

 

La direction veut mettre en place un observatoire de suivi de l'accord réservé aux seuls signataires. Outre le chantage fait aux organisations syndicales, la CFDT souhaite dissocier ce qui peut relever d'un tel observatoire et de ce qui relève des instances des CE/CCE/CEE où sont représentées toutes les organisations syndicales.

 

Il est hors de question que soient traités dans cette instance l'annualisation du temps de travail, le recours au CTC.  De plus, les CE/CCE/CEE permettent la nomination d'un expert pour aider les élus à analyser une situation qui serait dramatique, avant que les mesures soient prises par la Direction. Cela est soumis à un vote en CE. Il appartient donc aussi aux salariés d'élire dans les CE de Marignane et de La Courneuve des élus à même de prendre toutes leurs responsabilités !

 


Le 25 mars, la Direction doit revoir sa copie, car pour la CFDT nous sommes encore très loin d'un accord gagnant - gagnant !

Repost 0
Published by Equipe rédaction CFDT Eurocopter - dans Temps de travail
commenter cet article

Calendriers CARE - RTT 2016

Calendrier Non-Cadres CARE RTT 2016  :

                                                           

Calendrier Cadres 211 J CARE RTT 2016 :

                                                             

Calendrier Cadres 214 J CARE 2016 :