Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Connaitre l'histoire...

Pour l'histoire sociale d'AIRBUS Helicopters,

cliquez ICI.

 


 

 

Rechercher

Visiteurs en ligne

Les archives de La BUGADE

Pour retrouver toutes les archives de La BUGADE,

CLIQUEZ ICI

10 novembre 2007 6 10 /11 /novembre /2007 07:01

 


Power 8 est issu de la réflexion de grands cabinets de consultants toujours prompts à imposer des modèles d’entreprise à la terre entière.

 

« The » référence, c’est bien évidemment BOEING ! Et donc il faut faire comme BOEING. Oui mais, il y a quelques hics dans le beau schéma. Tout d’abord vendre des usines d’AIRBUS n’est pas aussi simple.

 
En Allemagne il n’y a pas de repreneur allemand. En France l’éventuel repreneur n’a pas « les reins assez solides ». Les grands consultants qui pensent à tout ont semble – t il , oublié ce « léger détail »…
 

N’est-il donc pas paradoxal aujourd’hui que la France imagine des montages financiers complexes pour se conformer au schéma imposé par les fameux consultants. Ne serait – il pas plus simple d’aider directement AIRBUS ? En Allemagne, faute de repreneur Allemand, le problème n’est – il pas réglé de lui-même ? Il reste bien entendu la proposition d’un repreneur américain pour « sauver tout le monde » (est-ce le hasard ?) mais alors là, si c’est la solution retenue, on marche sur la tête !!!!

 

Le second paradoxe, c’est que le modèle BOEING montre aussi ses limites. Le787 commence à accuser de sérieux retards. A ce titre, il est intéressant d’en connaître les raisons de la bouche même de son ancien patron. Je vous recommande à ce titre, l’excellent édito d’Air et Cosmos…

 

A méditer, très sérieusement…

 

 
Super-usine
 
 
Ancien responsable du programme 787 chez Boeing, Mike Bair vient de prononcer un discours "décoiffant" dans lequel il remet en cause le modèle industriel du Dreamliner, modèle qui, selon lui, est coupable des déboires du programme dont il avait la charge. "Avait", car ce brillant ingénieur a fait les frais des retards enregistrés par l'avion vedette américain en étant brutalement muté dans un poste non opérationnel.
 


La teneur de son discours peut être résumée au fait que répartir le développement et la production entre plusieurs partenaires dispersés sur tout le globe n'est pas une si bonne idée que ça. Et que la bonne solution serait plutôt de confier la production des avions à une unique super-usine responsable de tout, des études à la fabrication.

 
En quelque sorte une concentration verticale antimondialisation.
 

Aussi ne s'est-il pas privé pour mettre durement en cause certains fournisseurs de rang un - les  trois Japonais, les deux Américains et l'Italien - et de rang deux, sans toutefois les citer. Selon lui, quelques-uns ont prouvé qu'ils étaient incapables d'assurer des tâches de conception, lesquelles ont dû être reprises par l'avionneur américain qui a été vite submergé par ces travaux non prévus. Et d'affirmer que des fournisseurs ne seront jamais plus utilisés.

 

D'où sa suggestion de revenir en arrière, à la bonne vieille époqueBoeing fournissait les plans et dessins à ses sous-traitants qui réalisaient le travail demandé.

 

Reste que cette super-usine, imaginée par le responsable de Boeing, n'est guère réaliste à l'époque où on demande aux partenaires d'investir, très souvent avec l'aide de leurs Etats. Car en échange ils demandent toujours du savoir-faire et de l'emploi pour leurs pays.

 

Cette remise en cause du modèle Boeing est cependant exemplaire, à l'heure où Airbus entend confier ses usines historiques à d'autres opérateurs et entreprend une politique d'externalisation à tout-va.

 

Si certains à Toulouse ou Hambourg sont tentés d'imiter le schéma industriel de l'avionneur américain, ils devraient plutôt rechercher un modèle original, davantage dans la culture Airbus, entre l'entreprise sans usine imaginée par Boeing et la super-usine  

 

Editorial de PIERRE CASAMAYOU Air et Cosmos n°2099 du 9 novembre 2007

Partager cet article

Repost 0
Published by Equipe rédaction CFDT Eurocopter - dans AIRBUS - POWER 8
commenter cet article

commentaires

Pierre 01/12/2007 17:01

Tant de facteurs d'instabilités existent sur le marché mondial, qu'Il serait catastrophique que les délocalisations de la production continues sans frein. Que par exemple, le plan power8 aboutisse à une delocalisation de la production d'avions en chine, avec la benediction de Sarkozy, Lagardere et de Louis Gallois. Une remise en cause de cette logique destructrice devrait ce faire jour, avec en pointe, la lutte des syndicats et travailleurs pour la defense de leur outil de travail et pour obtenir un droit de veto sur les licenciements et les delocalisations des entreprises qui sont beneficiaires comme EADS. Signez la pétition pour un « Appel à suspendre les licenciements et les futures délocalisations d’Airbus ». Soutenir les salariés d’EADS ! http://www.democraties-participatives.org/spip.php?rubrique37

Equipe rédaction CFDT Eurocopter 03/12/2007 07:40

Si l'action peut être complémentaire à l'action syndicale pour la défense des salariés, pourquoi pas ?

Calendriers CARE - RTT 2016

Calendrier Non-Cadres CARE RTT 2016  :

                                                           

Calendrier Cadres 211 J CARE RTT 2016 :

                                                             

Calendrier Cadres 214 J CARE 2016 :